La réalité très peu connue des camps n.a.z.i.s : les esclaves ..

...

En Allemagne durant la période nazie, les Juifs n’ont pas été les seuls victimes du régime d’extrême droite. Et certains historiens redécouvrent les camps dédiés au plaisir : des camps d’esclaves sexuelles

Des esclaves pour « récompenser » les prisonniers efficaces

Ces femmes transformées en objet et utilisées pour assouvir les plaisirs des hommes n’étaient pas réservées aux soldats de la Wehrmacht. Certains prisonniers des camps aussi pouvaient bénéficier de leurs faveurs à partir de 1942, à travers un décret du leader SS Himmler. C’était un moyen pour les Nazis de récompenser ceux qui se conduisaient bien et travaillaient avec acharnement.

En effet, certains prisonniers étaient de vrais maîtres d’oeuvre dans leur domaine, et les Nazis se rendaient compte qu’ils avaient réellement besoin d’eux. Ils ont donc fini par leur accorder de meilleures conditions de vie, par exemple en les payant en nature pour leur expertise.

Pour vous donner un ordre d’idée, passer 15 minutes avec une esclave sexuelle coûtait 2 marks ; un paquet de cigarettes coûtait plus cher, 3 marks. Il faut savoir que ces bordels étaient aussi utilisés comme « thérapie de conversion » : les Nazis forçaient les homosexuels à avoir des rapports hétérosexuels pour les « guérir ». Abject.

Ces femmes traitées comme du bétail étaient nourries et habillées par les Nazis, et étaient reconnaissables grâce à un triangle noir cousu sur leur manche. Elles travaillaient essentiellement dans la soirée, dans des petites chambres où les prisonniers – testés au préalable pour ne pas leur transmettre des MST – les rejoignaient, et où seule la position du missionnaire était autorisée.

Ces filles aussi étaient soumises à des tests médicaux réguliers. En général, leur état avancé de fatigue leur faisait perdre leurs fonctions reproductives mais en cas de grossesse, on les obligeaient à avorter. Quand elles contractaient une maladie ou devenaient trop faibles, on les envoyait en camp d’extermination.

Qui étaient ces esclaves ?

Ces femmes obligées de donner leur corps dans ces camps étaient en général des personnes accusées de prostitution, où d’avoir eu des contacts avec des ennemis du Reich (des Juifs, des opposants politiques, etc.). Certaines étaient même volontaires, car c’était un moyen comme un autre de survivre à l’horreur des camps. Elles avaient entre 17 et 35 ans. Aucune prostituée n’était juive, et les Juifs ne pouvaient pas profiter de ces services de prostitution non plus.

En tout, plus des milliers de femmes – en majorité allemandes – ont du offrir leur corps dans les camps de Buchenwald, Dachau, Sachsenhausen y Auschwitz. Certains ouvrages parlent carrément de 34 000 prisonnières !

Ce chapitre a été oublié de l’Histoire, notamment parce que celles qui l’ont vécu n’ont pas voulu en parler, ce qui est tout à fait compréhensible. Du coup, ces femmes, prisonnières et humiliées, n’ont même pas reçu de compensation pour leurs souffrances…

Le temps a passé, mais il est important de ne pas oublier que ces abominations pourraient revenir nous hanter d’une manière ou d’une autre, plus vite qu’on ne le pense…

 Pour en savoir plus, on ne peut que vous conseiller le livre de l’historien Robert Sommer, Das KZ-Bordell.
Si cet article vous a appris plein de choses, vous pouvez en parler autour de vous et le partager pour faire connaître ce secret d’Histoire. Merci. 
Le père est arrêté pour ses vitres teintées – puis le policier regarde le siège arrière et dit: « suivez-moi »
Le gardien du parc s’approche d’un gorille dévasté qui vient de perdre sa mère – regarde sa réaction touchante
...

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *