Un mari quitte sa femme parce qu’elle ne l’attirait plus – un an après, il écrit un message incroyable à lire par tous les hommes

La vie est courte et il est important de prendre soin des personnes qui nous sont chères et de profiter de chaque instant passé à leur côté, car il n’y a de pire sentiment dans la vie que celui de la perte d’un être aimé. Par perte, il n’est pas seulement question de décès mais également de séparation, de divorce, etc. Une situation vécue par ce mari qui a volontairement « perdu » sa femme en se séparant d’elle et qui, un an après, a réalisé la gravité de l’erreur qu’il a commise. Découvrons son histoire !

La vie conjugale n’est pas toujours à l’eau de rose, comme on aimerait tous qu’elle soit. À cause des différents événements de la vie, le couple passe par des périodes de surmenage, de stress, de fatigue, etc. Si les deux partenaires ne sont pas prêts à se soutenir, ils se sentent dépassés et s’éloignent progressivement l’un de l’autre. De plus, s’ils ne réalisent pas qu’un gouffre est en train de se creuser entre eux et s’ils ne réagissent pas à temps pour resserrer leurs liens, leur relation risque d’être détruite.

Pour mieux illustrer ceci, retrouvez ci-dessous le témoignage d’un mari qui regrette amèrement d’avoir quitté sa femme.

Jusqu’à ce que ma sottise nous sépare…

Un an après avoir pris la décision de se séparer de sa femme, ce mari a écrit cette lettre touchante où il exprime tout son regret d’avoir détruit son bonheur de ses propres mains.

« Dans la vie, nous passons par différents phases.

Il y a un an, je me suis séparé de ma femme. Je l’ai quittée pour une femme beaucoup plus belle.

Mon ex-femme était en surpoids, sa peau était pleine de cellulite et striée de vergetures. Son ventre et ses seins pendaient littéralement. Elle ne prenait pas du tout soin d’elle, ne se brossait pas les cheveux, ne mettait pas de rouge-à-lèvres ni de vernis à ongles et sortait souvent avec des chaussures usées. De plus, elle prenait rarement le temps de se raser, de s’épiler les sourcils ou même de porter des soutiens-gorge.  Bref, elle ne m’attirait plus. La femme que j’ai un jour aimée n’existait plus que dans mes souvenirs. 

Un an après l’avoir quittée, j’ai l’ai revue par hasard. Elle rayonnait de bonheur et était incroyablement belle. Elle avait perdu du poids, portait une robe qui lui allait parfaitement bien et avait un brillant rouge-à-lèvres rouge. Son corps ne trahissait aucunement qu’elle était mère de trois enfants, mes enfants.

C’est à ce moment-là que j’ai pris le temps de réfléchir à tout ce qui ne me plaisait pas en elle. Ses kilos en plus ? Ils étaient dus à sa dernière grossesse. Il est vrai qu’elle avait un plus gros ventre, mais c’est parce qu’elle m’avait donné les plus beaux cadeaux de la vie, mes enfants. Sa cellulite ? Elle n’avait pas le temps d’aller à la salle de sport puisqu’elle s’occupait à plein temps des petits. D’ailleurs, c’est pour cela aussi qu’elle ne pouvait pas se brosser les cheveux, se raser ou se maquiller régulièrement.

Quant au soutien-gorge, elle ne le portait pas pour pouvoir allaiter facilement notre bébé. Elle cuisinait, nettoyait, rangeait et repassait avec un large sourire. Elle aimait profondément sa famille et menait une vie qu’elle considérait comme parfaite.

Donc, à partir de mon expérience, je voudrais passer un message à tous les hommes.

Je sais ce que c’est que d’avoir une vraie femme avec soi, mais j’ai tout détruit en lui disant que je ne voulais plus d’elle. J’ai échangé la vraie beauté contre celle plus superficielle. Je n’ai pas pu comprendre ou apprécier à temps le bonheur authentique d’être femme et mère. Aujourd’hui, elle passe la majorité de son temps avec Benjamin, notre petit dernier âgé d’un an, car notre autre garçon a maintenant 3 ans et n’a plus besoin de sa présence constante auprès de lui.

Elle a donc plus de temps pour s’occuper d’elle et a compris qu’elle n’avait pas besoin d’un idiot dans sa vie pour l’apprécier à sa juste valeur.
Malheureusement, je n’ai pas pu réaliser à temps que la vraie beauté est celle qui réside à l’intérieur de chacun et qu’il ne faut jamais prendre une personne pour acquise. »

Source : Santeplusmag

Un homme de 46 ans se coince les testicules avec un tabouret IKEA.
Les personnes intelligentes ont l’habitude de dire plus de gros mots que les autres !
...

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *